Les amis, en ce moment, pour ceux qui ne le savent pas encore, je suis célibataire.
Oh, rien de grave, un petit célibat gentil (personne n'a pleuré) car il ne s'agit pas d'un célibat sentimental, mais d'un célibat géographique.
Plus concrètement, Poulet et moi ne vivons actuellement pas sous le même toit. Ses obligations estudiantines l'ont conduit à aller vivre ailleurs pour 7 semaines, ce qui implique que je suis seule à la maison en ce moment.

Comme on se voit tous les weekend, qu'on s'appelle tous les soirs, et que j'ai plein de choses de prévu quasiment 2 soirs sur 3, les mauvaises langues diront que j'ai le beurre, le cul du crémier (le weekend) et l'agent du beurre (et oui, il paie sa part de loyer!).

Bon mais en fait, tout n'est pas si rose. Derrière ce tableau alléchant se cache un réel drame dont j'ai pleinement pris conscience aujourd'hui lors d'un déjeuner avec mon amie Popinquette:

Je pense qu'une des facettes de ma noyauterie est clairement due à mon incapacité totale à manier les objets situés dans ma cuisine. Alors c'est sûr qu'en société, c'est toujours rigolo de dire "oh moi, je ne sais pas cuisiner!" ou bien "de toute façon, Poulet est le roi dans la cuisine, moi je ne fais rien" ou pire: "venez dîner à la maison, Poulet est là" etc.
Je pense que je recherche secrètement l'effet "femme-moderne" que provoque cet inversement des "rôles".
Sauf qu'en fait, l'envers du décors c'est TOUT sauf la working-girl indépendante:

C'est la pauvre épave qui erre dans la cuisine sans rien à manger, mesurant à quel point elle est dépendante.
Ma noyauterie serait capable de me faire mourir de faim.

Pour vous montrer de quoi je parle, je vous indique quels ont été mes derniers menus de célibataire:
-Haricots en boîte (froids bien entendu, d'ailleurs finalement ça a quasiment le même goût que chauds) + céréales au chocolat
-Super salade boîte de petit pois + boîte de maïs
-Brunch du soir à base de yaourt nature +  jus aux 5 légumes + pomme
etc.

Il s'est donc avéré qu'il fallait à tout prix aller faire un tour à Champion, car le scorbut me guettait. Chose dite, chose faite, hop hop hop, voilà mon caddie plein de fruits et légumes (si possible faciles à cuire), de pain et de fromages (valeurs sûres en cas de flemme avancée vers 23h)

(D'ailleurs je fais un aparté pour préciser que ces festins de reine s'accompagnent bien entendu d'un faste digne des plus grandes cérémonies: heure tardive où la moindre action est pénible, donc bâclée, absence d'assiette (à quoi bon salir deux récipients?), soif étanchée à même le robinet, éponge passée à la main etc.)

Bon je reviens à ma virée Champiesque: pleine de bonnes résolutions je rentre chez moi avec dans l'idée d'éviter désormais de me coucher avec une faim tenace. Erreur!! Il était bien entendu illusoire de croire que l'achat entraînerait don et motivation.

Voici le clou de la semaine dernière:
En bonne petite copine de Poulette, je me dis "essayons de se souvenir d'une recette simple de Poulet".
Et me voilà partie pour confectionner un délicieux "pamplemousse-miettes de crabes". Equilibré, sans cuisson, léger, bon (dans la version Poulet).
La version Poulette était tout simplement dég...asse. D'abord, j'aurais du me méfier, le crabe sentait bizarre à l'ouverture de la boîte (ah oui, pensez pas que j'allais acheter du crabe frais non plus). Ensuite, tout l'art de cette recette, c'est la sauce. Sauf que je ne sais pas trop pourquoi, mais alors que Poulet me prépare une petite mayonnaise-moutardaise qui va parfaitement, je suis allée inventer un mélange crème fraîche-ketchup. C'était tout bonnement infâme.
Poulet, lui, présente le tout DANS le pamplemousse, servant pour l'occasion de petit bol. Moi j'avais tout mélangé dans un saladier et le tout ressemblait à une pâte visqueuse et pleine d'eau qui sentait la mauvaise poissonnerie.

Comme je n'avais que ça à manger, j'ai sagement avalé le tout. En ne respirant pas trop. Comme à la cantine quand on est petit et qu'il y a des choux de Bruxelles au menu.
Sauf que j'ai 26 ans, que je suis chez moi et que je me suis vraiment auto-humiliée.

La cerise sur le gâteau c'est aussi que lorsque l'on est deux, on a de la vaisselle pour deux et que le lave vaisselle se remplit 2 fois plus. Aujourd'hui en ouvrant mon lave-vaisselle après un long weekend, l'odeur du crabe macéré depuis 5 jours m'a assommée sur place.

Ce midi lorsque Popinquette m'a demandé ce que j'allais manger ce soir, j'ai dit "des topinambours" (véridique) puisque c'était la seule chose qu'il me restait dans mon frigo. J'ai réalisé alors que j'étais perdue...

Topinambour2

A l'heure où je vous parle, j'ai dégusté un poireau-vinaigre (et non pas vinaigrette) et jeté les topinambours (c'est vraiment pas terrible).

Quant à ma balance, elle affiche fièrement un joli kilo en plus.

Poulette