Encore une bonne expression un brin désuète, mais qui colle tellement à la vie d'une noyaute molle, qu'il fallait la sortir de derrière ses fagots.
Je pourrais vous la définir, mais trop la flemme donc je vous copie-colle la définition trouvée sur le premier lien donné par Google :

 

« Ni fait, ni à faire » :

 

[ SIGNIFICATION ]
Mal fait, bâclé.

[ ORIGINE ]
Un proverbe bien connu dit "ce qui est fait n'est plus à faire", mais cette expression est là pour le contredire.

À l'origine, cette locution désignait quelque chose qui n'est pas terminé, en cours de réalisation, situé entre le "à faire", donc pas encore commencé, et le "fait", donc terminé.
Mais elle a pris depuis un sens péjoratif où le "ni fait" se rapporte à quelque chose de fait, mais de manière tellement peu satisfaisante qu'on peut considérer que c'est à refaire, donc quelque chose qui n'est finalement pas vraiment fait.

 

Penchons-nous plus précisément sur l'évolution sémantique (et hop, un ptit mot savant pour conforter ma devanture d'intello) de cette expression : on remarque qu'il y a eu glissement de sens de "chose à moitié faite" à "chose mal faite". Bizarre qu'une chose en cours de réalisation soit considérée comme mal faite, puisque par définition, elle n'est pas finie. A moins que... et c'est là que la noyaute molle entre en jeu. En effet, il est avéré que la noyaute a une nette tendance à suspendre la réalisation d'une action à un stade intermédiaire pendant un temps indéterminé.


Ou comment la noyaute fait passer une situation provisoire bancale et inachevée en situation pourrie installée, définitive et pérenne...du bon vieux moyen dégueulasse en somme.


En vrac, quelques exemples de mes situations ni fait ni à faire :

-ça fait un an et demi que je ne suis pas allée chez le coiffeur, parce que j'ai la flemme de prendre RV (et aussi un peu marre de m'entendre dire que j'ai des queues de rat sur le crâne) donc je me coupe les cheveux moi-même avec une méthode dénichée sur google, en me disant intérieurement que "promis, samedi prochain, j'appelle Camille Albane". Résultat : mes cheveux en passe imminente d'être coiffés deviennent, les mois s'écoulant, une coupe de cousin Machin ni fait ni à faire.
-l'été dernier, mon canapé s'est cassé et je l'ai colmaté avec des vis apparentes du plus bel effet, en attendant de faire mieux ou d'en racheter un autre. Au bout de dix mois de statu quo, je pense qu'on peut désormais dire que j'ai un canapé ni fait ni à faire.

Bon, vous me direz, c'est pas bien méchant, tout le monde fait ça. Ok, je sors l'artillerie lourde :
ça fait cinq ans que je me dis qu'il faudrait que je fasse un break avec mon copain pour voir d'autres horizons (traduisez : d'autres mecs) ; bilan : je suis pacsée et je me dis sans cesse "non mais le mois prochain, c'est sûr, je fais un break". Ouais, ben, en terme de break, c'est plutôt la Mondéo Break avec direction assistée et marmots sonorisés qui m'attend!*

Fadette

* ce passage est désautocensuré suite à la grogne de Chatounette. Ben oui, noyaute dans la censure, noyaute dans la décensure.
 

image_venus_b